Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

 

Le lundi 21 décembre 2020, à 14 heures, Benedicte FUSTEC soutiendrai sa thèse intitulée

Étude du potentiel des biomarqueurs sérologiques pour évaluer le risque de transmission de la dengue dans le nord-est de la Thaïlande

 

Cette soutenance se déroulera en visioconférence*

 

Cette thèse sera défendue devant un jury composé de :

·      Jean Pierre Dedet (président du jury)
·      Lionel Almeras (rapporteur)
·      Nicole L. Achee (rapporteur)
·      Audrey Lenhart (examinatrice)
·      Richard Paul (examinateur)
·      Vincent Corbel (directeur de thèse)
·      Hans J. Overgaard (co-encadrant de thèse)

 

En voici son résumé :

En Thaïlande, l'épidémiologie de la dengue est saisonnière et cyclique, mais les épidémies sont particulièrement difficiles à prévoir. Divers indices épidémiologiques et entomologiques ont été utilisés pour la surveillance, mais ils manquent de fiabilité et de précision pour évaluer le risque de transmission de la dengue. Cette thèse vise à développer des outils et des indicateurs de risque de transmission de la dengue plus pratiques et plus sensibles qui peuvent être utilisés pour prévoir les épidémies de dengue. Une première étude épidémiologique rétrospective a montré que le schéma spatio-temporel de l'incidence de la dengue est fortement guidé par les facteurs climatiques et l'urbanisation. Des enquêtes sérologiques menées dans le cadre d'un essai contrôlé randomisé ont mis en évidence une association "dose-réponse" forte et positive entre l'abondance des adultes atteints d'Aedes et l'intensité de la réponse de l'Ab au peptide salivaire de l'Aedes, démontrant ainsi la capacité des biomarqueurs salivaires à évaluer les variations à petite échelle du risque d'exposition à l'Aedes. Une étude cas-témoins menée dans la même région a toutefois montré que ni le niveau d'infestation par l'Aedes ni l'intensité de la réponse de l'Ab à l'Aedes n'étaient de bons prédicteurs de la dengue et que les facteurs de risque associés à la dengue étaient l'âge, les caractéristiques de la maison et la présence d'Aedes infecté par le DENV au domicile du patient. Cette thèse a mis en évidence les interactions complexes entre les vecteurs Aedes, les facteurs climatiques et socio-économiques et le risque de transmission de la dengue en Thaïlande et a discuté des implications pour le développement d'indices d'alerte plus efficaces pour prévenir les épidémies.

 

* Membres du MiVEGEC : regarder vos mails 'mivegec-tous' pour le lien de la visioconférence