Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

 

Akila YAGOUBAT va soutenir sa thèse que intitulée :

Unravelling the role of nucleoporins in the ploidy maintenance and genome integrity of trypanosomatids

 

- le vendredi 11/09/20 à 14h00 dans l'amphithéatre des Plantes à l'IRD.

 

Le jury est constitué par ;
Mélanie Bonhivers (CNRS, Univ. Bordeaux),
Lucy Glover (Institut Pasteur),
Luisa Miranda Figueiredo (Instituto de Medicina Molecular, Univ. of Lisbon),  
Kai Wengelnik (CNRS, Univ. Montpellier),
Artur Scherf (CNRS, Institut Pasteur), et
Patrick Bastien (Univ. Montpellier).

 

Du fait de la pandémie COVID, la soutenance sera réalisée par visioconférence; Mélanie Bonhivers sera la seule membre présente du jury.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons le plaisir de vous convier à la soutenance de thèse de Monsieur SERGE MAZAMAY IKONY ENGO, le mercredi 18 décembre 2019 à 14h00 dans la salle 151 au centre de l'IRD.

Dynamique spatio-temporelle et écologie des méningites bactériennes en dehors de la Ceinture de la méningite en Afrique :
cas de la République Démocratique du Congo

 

 

Les méningites bactériennes restent un problème de santé publique internationale avec un fardeau principalement localisé en Afrique. Elles sont principalement dues à trois bactéries : Neisseria meningitidis (Nm), Streptococcus pneunomiae (Sp) et Haemophilus influenzae type b (Hib), le rhino-pharynx de l’homme étant la niche écologique des bactéries. La transmission est aérienne, directe, interhumaine ou par contact avec les sécrétions respiratoires du malade ou du porteur sain.

Alors que la ceinture de la méningite qui s’étend du Sénégal jusqu’à l’Ethiopie, est largement étudiée, l’écologie des méningites en dehors de cette zone particulière est encore peu connue. L’objectif de cette thèse est d’explorer l’écologie des méningites bactériennes en République démocratique du Congo (RDC) à partir des données épidémiologiques, génétiques et socio-environnementales pour la période de 2000-2018.

En dépit du faible taux de confirmation biologique des cas (14%), nous avons identifié des zones de santé à risque, regroupées en 8 clusters spatiaux. Ces clusters nous ont permis de mettre en évidence une saisonnalité des méningites bactériennes peu marquée et variable d’une région à une autre en RDC, ce qui contraste avec les dynamiques décrites dans la ceinture de la méningite.

Les zones urbanisées où les populations montrent un indice économique de bien-être médiocre à bas, de latitude et de longitude élevées, d’altitude moyenne à faible, de végétation constituée de savanes ou de savanes arborées, à valeurs moyennes de température, constituent autant de facteurs de risque importants, seuls ou en synergie, pour expliquer les cas de méningites en RDC.

La distribution d’aérosols et de poussières sur le territoire congolais précède d’environ 2 à 3 semaines les démarrages épidémiques de méningites bactériennes, et ce pour deux catégories de regroupements mensuels (i.e. décembre à février et mai à septembre). Ces résultats laissent préfigurer une possibilité de mise au point d’un système d’alerte précoce. Au final, nous proposons un modèle conceptuel explicatif des méningites en RDC dont le rythme d’apparition des premiers cas est bien régulé par les déplacements de poussières et d’aérosols sur le pays.

La reconnaissance de méningites bactériennes comme priorités internationales notamment en dehors de la ceinture dont les caractéristiques restent encore à mieux comprendre, pourrait contribuer à l’atteinte des objectifs du développement durable, et plus particulièrement de ceux qui concernent l’ODD 3 « santé et bien-être pour toutes et tous ».

 

Membres du jury :

Bernard Cazelles, Professeur, Université de Sorbonne, Paris (Visio) : Rapporteur
Judith Muller, Professeure, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, Paris  (Visio) : Rapporteur
Nadine Dessay, Ingénieur de Recherche, Université de Montpellier : Examinateur
Thierry de Meeûs, DR1, IRD, Montpellier : Examinateur
Didier Bompangue Nkoko, Professeur, Université de Kinshasa, RDC : Examinateur
Jean-François Guégan, Professeur, Université de Montpellier : Directeur de thèse
Jean-Jacques Muyembe Tamfum, Professeur, Université de Kinshasa, RDC  (Visio) : Co-directeur de thèse
Hélène Broutin, Chercheur, CRCN CNRS, Montpellier : Invitée

 

 

Barnabas ZOGO a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse qui aura lieu le 13 décembre 2019 à 09h00 à Montpellier à l’IRD, amphi des plantes.

Sa thèse qui s’est déroulée en cotutelle entre l’Université de Montpellier et l’Université d’Abomey-Calavi a été dirigée par Dr Cédric PENNETIER et Pr Lamine Baba-Moussa. Elle est intitulée :

Impact entomologique de stratégies complémentaires de lutte intégrée contre le paludisme dans un contexte de résistance des vecteurs aux insecticides au Nord de la Côte d’Ivoire

 

et sera présentée devant un jury composé de :

M Seth IRISH, PMI Entomology Team Lead, CDC, Atlanta, USA Rapporteur
M Raphaël N’GUESSAN, Assistant Professor, LSHTM, London, UK Rapporteur
M Pierrick LABBE, Professeur, ISEM, Montpellier, France Examinateur
Mme Christine OUINSAVI, Professeur, UP, Parakou, Bénin Examinateur
Mme Alphonsine KOFFI, Maître de recherche, IPR, Bouaké, Côte d’Ivoire Invitée
M Vincent CORBEL, Directeur de recherche, IRD, Montpellier, France Invité
M Cédric PENNETIER, Chargé de recherche, IRD, Montpellier, France Directeur de thèse
M Lamine BABA-MOUSSA, Professeur, UAC, Cotonou, Bénin Co-Directeur de thèse