Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Gildas YAHOUEDO soutiendra publiquement sa thèse de doctorat intitulée :

Etude de la résistance cuticulaire chez Anopheles gambiae, du phénotype à la fonction des protéines

 

dirigée par Monsieur Fabrice CHANDRE et Monsieur Alain ROUSSEL

La soutenance aura lieu le mardi 4 juillet à 14h00 dans l'amphithéâtre des plantes du centre IRD de Montpellier (911 avenue Agropolis 34394 Montpellier cedex 5).


Résumé : La gestion de la résistance aux insecticides et plus particulièrement aux pyréthrinoïdes chez les vecteurs du paludisme est un enjeu majeur pour conserver les acquis de la lutte antivectorielle contre le paludisme. Parmi les mécanismes de résistance, de nombreux travaux ont porté sur les mutations de la cible insecticides (kdr) ou encore les enzymes qui métabolisent les molécules insecticides. La résistance cuticulaire chez Anopheles gambiae a jusqu'à ce jour au mieux été suspectée mais pas démontrée. Dans ce cadre, le but de ce travail était donc de déterminer i) s’il y a une implication de la cuticule dans le phénotype résistant d’Anopheles gambiae aux pyréthrinoïdes ; ii) de déterminer les principaux acteurs de cette résistance. Nous avons construit une souche d’Anopheles gambiae présentant un phénotype résistant (MRS) mais ne portant pas la mutation kdr. Notre approche a été d’étudier l’expression des gènes, mais aussi celle des protéines de la cuticule et celles intervenant dans la détoxication. L’ultrastructure de la cuticule, sa composition en chaines hydrocarbonées ainsi que sa perméabilité à la deltaméthrine ont aussi été testés. Nous avons montré que la cuticule est impliquée dans le phénotype résistant plus particulièrement en réduisant significativement la pénétration de la deltaméthrine dans le corps de l’insecte. La structure même de la cuticule est profondément modifiée chez MRS. Nos résultats indiquent l’implication des membres de la famille CPAP3 dans la résistance cuticulaire et probablement des chaines hydrocarbonées. Des enzymes métaboliques sont également impliqués. Au cours de ce travail, nous avons démontré l’existence de la résistance cuticulaire chez An. gambiae, ce mécanisme agit de concert avec les mécanismes de détoxication. La caractérisation des différents acteurs nous permettra surement de trouver de nouvelles cibles pour la lutte anti-vectorielle.


Mots-clés : Résistance, Cuticule, Protéines, Anopheles gambiae, Pyréthrinoïdes, Chaînes hydrocarbonées


Composition du jury proposé :

M. Fabrice CHANDRE, Université de Montpellier, Directeur de thèse

M. Jean-Philippe DAVID, UMR 5553 CNRS-Université de Grenoble, Rapporteur

Mme Véronique APAIRE-MARCHAIS,Université d'Angers, Examinateur

M. Guillaume TETREAU, CNRS/CEA Université Grenoble-Alpes, Examinateur

M. Claudio R. LAZZARI, Université François Rabelais, Tours, Rapporteur

M. Alain ROUSSEL, Université Aix-Marseille, Co-Directeur de these

Mme SYLVIE CORNELIE, Université de Montpellier, IRD Montpellier, Invité